Le dimanche 19 août 2018 à 17h30

> Cérémonie de la Libération de Toulouse organisée au Monument de la Résistance

Restez connecté à votre Ville en 1 clic !

Le blog de #JLM

Finances : la vision passéiste d’une Opposition dépassée

A notre arrivée au Capitole, en 2014, nous avons trouvé les finances dans un état déplorable. Les caisses étaient tellement exsangues que, lors de son dernier après-midi en tant que Maire, quatre jours après sa défaite, mon prédécesseur avait été contraint de souscrire un emprunt de 15 millions d’euros. Comptablement, cet emprunt était affecté à l’investissement. Mais, en réalité, il s’agissait de combler un trou dans la trésorerie afin de payer les dépenses courantes…

A cela, se sont ajoutées les coupes à la hache des dotations de l’Etat, annoncées puis imposées par Manuel Valls 9 jours après les élections municipales… Afin de pouvoir continuer à assurer un haut niveau d’investissement, cet « effet de ciseau » (des réserves annihilées par nos prédécesseurs et des ressources de l’Etat en forte baisse) nous contraignait à trouver 145 millions d’euros par an d’ici 2020, en recettes nouvelles ou en économies dans les dépenses.

Nous avions le choix entre deux extrêmes :

  • Ne pas rechercher d’économies et nous contenter d’augmenter les impôts de 57%, faisant ainsi supporter aux Toulousains l’entier poids de la mauvaise gestion budgétaire passée et des restrictions du Gouvernement socialiste ;
  •  Opérer des coupes sombres et brutales dans notre budget : aucun remplacement de départ à la retraite, même là où nous avions besoin de renforcer les effectifs (police municipale par exemple), aucune ouverture de nouvel équipement (pas de construction d’écoles neuves ni de crèches par exemple), division par deux, du jour au lendemain, des subventions aux associations et clubs sportifs, suppression de services publics et d’équipements culturels…

Nous avons alors choisi une voie médiane. Sur les 145 millions à trouver par an d’ici 2020, nous avons demandé aux Toulousains de contribuer à hauteur de 40 millions d’euros (impôts et tarifs revalorisés), soit 25% du total. Quant aux 105 millions restants (75% du total), ils proviennent de notre vaste et ambitieux plan d’économies dans les dépenses de la collectivité. Des économies de fonctionnement comme jamais jusqu’ici à Toulouse !

Face à ce plan équilibré, qui, tout-à-la-fois, maintient le service public, modère l’effort demandé aux Toulousains et préserve notre possibilité d’investir pour préparer l’avenir, l’Opposition municipale s’offusque de ces choix… alors que son incapacité chronique à gérer l’argent public avec sérieux devrait l’inviter à la modestie en la matière.

De fait, au dernier conseil municipal ce vendredi, nous avons subi un tissu de critiques surréalistes sans aucune proposition crédible.

Toutes tendances confondues, l’Opposition toulousaine demande d’embaucher davantage, d’augmenter ou de maintenir les subventions aux associations et clubs sportifs, de diminuer les impôts, de ne pas vendre des biens immobiliers municipaux qui ne sont pas nécessaires à l’action municipale, d’emprunter massivement, tout en ouvrant un nouveau lieu culturel dans chaque quartier et, enfin, de ne pas chercher à maîtriser la masse salariale…

Bref, la minorité municipale nous demande de trouver le mouton à cinq, six voire sept pattes !

Dans une famille, si un conjoint perd – malheureusement – son emploi, le ménage dispose de moins de ressources. Il va alors s’adapter et modérer ses dépenses pour pouvoir faire face. Que préconiserait notre Opposition municipale dans une telle situation ? Que le couple parte plus souvent en voyage à l’étranger, sorte deux fois plus souvent au restaurant, contracte de nouveaux crédits, embauche un employé de maison, s’achète une grosse voiture flambant neuve, s’installe dans un appartement plus grand… En d’autre termes…tout ce qu’il ne faudrait pas faire !

Cette vision totalement hors des réalités et hors du temps a de quoi effrayer. Face à tant d’aveuglement, on comprend mieux comment nos prédécesseurs ont réussi l’exploit de faire plonger Toulouse, classée en 2008 comme la grande ville de France la mieux gérée, à la dernière place, et ce en 6 ans seulement…

Force est de constater que ce modèle économique ahurissant de la collectivité est celui de notre opposition : les Toulousains ne sont pas dupes. Ils y voient du théâtre, pour « amuser la galerie ». Hélas, ce jeu politique n’amuse personne… Il est si peu crédible qu’il ne peut qu’encourager le populisme, qui s’abreuve de ces vieilles ficelles politiciennes caricaturales.

Un « jeu » bien triste…

Jean-Luc MOUDENC


Partager :

Culture : Toulouse à l’heure d’été

culture

Argent public : Enfin la stabilité des dotations que nous verse l’Etat

institutions

Environnement : Une Métropole + durable et + responsable

environnement

Handicap : + d’Accessibilité pour + d’Egalité !

cadre de vie

Europe : Une chance historique de réinventer l’Union pour les Européens

institutions

Politique de la Ville : Intensifions notre engagement pour le Mirail

politique de la ville

Propreté : je lance un appel au civisme !

cadre de vie

Coopération : Toulouse – Montpellier, ticket gagnant !

Culture : Atterrissage de la Machine à Montaudran

culture

Alimentation : Toulouse, en pointe sur les circuits courts

Mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année

Culture : Toulouse voit + GRAND

culture

Jean d’Ormesson : un incurable optimiste fidèle à ses convictions

Toulouse engagée dans la lutte contre les violences faites aux Femmes

Attentats terroristes de 2012 : Toulouse aux côtés des familles des victimes à Paris

Retour sur : 2014-2017, 3 ans de progrès à Toulouse

cadre de vie

Retour sur : une année riche en projets et réalisations pour Toulouse

Quartiers : 156 millions pour la rénovation de tous nos quartiers

politique de la ville

Mobilité : 3e Ligne de métro, une étape décisive franchie

déplacements

CNT : redéfinir le partenariat entre la République et ses territoires

institutions

Grande Vitesse : à Toulouse, la mobilisation continue !

déplacements

Hommage : Simone VEIL, une femme d'exception dont les convictions n’ont jamais faibli !

culture

Législatives 2017 : une Assemblée sous le signe du renouvellement et de la féminisation

institutions

Quartiers : Montaudran renoue avec son histoire pour préparer son avenir

culture

Législatives 2017 : Rendez-vous dans votre bureau de vote dimanche !

institutions

Ecoles: « Une Étoile dans l’Assiette »

enseignement, jeunesse, petits toulousains

Présidentielle 2017 : réaction à l’élection d’Emmanuel MACRON

institutions

Présidentielle 2017 : je voterai Emmanuel Macron le 7 mai prochain

institutions

Présidentielle 2017 : aux urnes, citoyens !

institutions

Europe : Toulouse, Métropole Européenne des réussites

économie

Présidentielle 2017 : place au débat démocratique que les Français demandent !

institutions

Quartiers : Toulouse, Ville qui monte vers le ciel et les étoiles

logement, urbanisme

Espace : Toulouse et Ariane fêtent leur Saint-Valentin

économie

Mobilité: les bus « propres » constituent la majorité de la flotte

environnement

Innovation: bienvenue aux Californiens d'HYPERLOOP TT qui viennent à Toulouse !

déplacements, économie

Voeux : Toulouse va bouger en 2017

cadre de vie

Finances : la vision passéiste d’une Opposition dépassée

économie, institutions

Aéroport : Quelle imposture, M. Montebourg !

économie

Quartiers: renouer avec l’esprit de Noël à Toulouse !

économie

Primaires : faut-il laisser filer les déficits encore et toujours ?

économie

Primaires : quels moyens pour renforcer la sécurité ?

tranquillité

Opinion : faut-il rétablir le service militaire ?

institutions, tranquillité

Primaires : Écoles et réflexions élémentaires

enseignement, jeunesse, petits toulousains

Primaires : financer les mosquées par une redevance spécifique ?

économie

Primaires : quelle réduction des effectifs dans les collectivités ?

institutions

Primaires : faut-il réformer le système du logement social ?

urbanisme

Commande publique : 80% pour les entreprises locales ? A Toulouse nous sommes déjà à 81,4% !

économie

Proximité : construire Toulouse au-delà des clivages politiques

économie